Rechercher
  • mflouretpro

La charge mentale


La charge mentale, que les femmes subissent encore majoritairement aujourd'hui, ne leur permet pas de concilier équitablement vie familiale et professionnelle et nuit à leur bien-être.


La charge mentale est un "travail de gestion, d'organisation et de planification qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectif la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence", selon la chercheuse Nicole Brais ( Université Laval, Québec). Il s'agit davantage de la charge cognitive associée à la gestion propre des tâches domestiques que la réalisation de ces tâches.


Le problème?

Les femmes s'émancipent de l'étiquette de femme au foyer, d'épouses et de mères mais les normes sociales liées à la gestion du foyer peinent à progresser au même rythme.

Cette charge n'est pas répartie équitablement au sein du couple et reste encore aujourd'hui majoritairement supportée par les femmes, accentuant ainsi les inégalités sur le marché du travail.

À cause de cette double journée qu'elles mènent, elles ont besoin de plus de flexibilité au travail.

Et lorsque celle-ci n'est pas possible, la charge mentale s'accroît et pèse sur leur bien-être.


Comment est-elle vécue ?

La charge mentale est vécue comme une succession cyclique de choses à faire ou à penser, qui s'entassent inéluctablement dans le cerveau. Elle peut engendrer des sentiments d'injustice et de colère, de perte de liberté et l'impossibilité de trouver du temps pour soi.

Entre celle que l'on est et celle que l'on veut être, pour finir par s'oublier et se perdre un peu, elle touche l'identité féminine.



Diminuer cette charge mentale

La souplesse et le cumul des casquettes exige quelques recommandations:

- Prioriser, choisir et...renoncer,

- Déléguer sans problème, sans stress et sans culpabilité,

- Communiquer autour de soi sur les difficultés rencontrées,

- Oser demander de l'aide,

- Vider son cerveau sur le papier,

- Pratiquer périodiquement l'abandon: un temps dédié uniquement pour soi, l'accepter et constater que la charge mentale, celle que l'on s'impose, ne dépend souvent que de nous.



La Sophrologie Existentielle est un outil précieux dans l'exercice d'acceptation et du lâcher-prise pour mieux revenir à soi: apporter une cohérence avec nos propres valeurs, nos besoins, nos désirs et nos surtout nos limites.



23 vues

Posts récents

Voir tout

COVID, Confinements...et l'après?

L’inconnu, la peur de la maladie, la solitude, le manque de liens sociaux, la perte d’un proche dans des conditions difficiles, les difficultés économiques et autres problématiques soulevées par les c

L'écoute du silence

Qui ne culpabilise pas quand par chance il vit des temps creux? Les journées laissent peu de place au "ne rien faire" qui devient un véritable luxe. Se tourner les pouces, regarder le plafond, laisser